Penser positif … OK mais comment on fait ?

Tout le monde s’accorde à dire que c’est la bonne chose à faire … C’est bien vrai, mais ça reste un concept, et dans les faits, on ne change rien, on ne sait pas par où commencer, on ne voit pas les effets des efforts qu’on fait, on pense que c’est les autres qui doivent changer d’attitude … Cela vous parle ?

Première chose : la positivité, c’est comme les muscles !

Il faut l’entraîner pour qu’elle se développe. De même qu’on ne peut pas du jour au lendemain soulever des poids énormes ou courir un marathon, il faut du temps et beaucoup d’entrainement pour arriver à ce que la pensée positive se fasse presque sans effort, devienne « naturelle ».
Se décourager au bout d’une journée ou d’une semaine, c’est comme aller à la gym une fois ou deux et se dire que ce n’est manifestement pas efficace car on ne voit aucune différence dans le miroir.

Choisir ses méthodes

Il n’y a pas une méthode unique, choisissez celles qui vous semblent les plus faciles. La littérature sur le sujet est très abondante. Quelques extraits de méthodes piquées ici ou là :

Posez-vous les bonnes questions : votre cerveau essaye toujours de trouver des réponses aux questions que vous vous posez. Si vous vous demandez par exemple : « quel est mon problème ? »
Nul doute que vous allez trouver facilement des tas de réponses désagréables : Vous êtes trop gros(se), vous n’avez pas d’argent, vous êtes moche, ..etc.
A l’inverse si vous vous demandez :  « Comment je peux faire pour me sentir mieux » ou « Comment pourrais-je me détendre ? », vous allez commencer à avoir des pensées plus constructives.

Au réveil, concentrez-vous sur l’évènement le plus attrayant de la journée au lieu de penser aux corvées qui vous attendent. (Claude de Milleville, « 10 commandements pour être heureux », Solar, 2004)

Allez marcher 30 minutes en regardant autour de vous comme si vous découvriez le quartier, appréciez les couleurs, faites attention aux sons, pensez aux cycles de la nature… (Paul Wilson «Grand livre du calme » , J’ai lu, 2004)

Faites « comme si » : pendant 5 minutes, imaginez être dans la peau de quelqu’un qui incarne l’optimisme : prenez ses attitudes, sa façon de se tenir, de sourire … (Lee Pascoe « Faites comme si », Le courrier du livre,  janvier 2005)

Concentrez-vous sur le moment présent (Pour vous inspirer : Eckart Tollé « Le pouvoir du moment présent »)

Chaque soir notez 5 choses positives qui se sont passées dans la journée (si au début 5 vous semblent trop, notez en moins, ce n’est pas grave .. ). (Pour vous aider : Catherine Rambert, « Petite philosophie du soir : 365 pensées positives »)

Aidez-vous de votre expérience pour vous concentrer sur ce que vous avez. Par exemple, souvenez-vous, si vous avez été malade et que vous ne pouviez plus respirer correctement ou manger normalement ou bouger une partie de votre corps … Quand vous avez guéri, n’était-ce pas merveilleux de pouvoir à nouveau faire cela ? Est-ce que aujourd’hui vous appréciez encore ces facultés ?
Plus dramatique, ceux qui ont fait l’expérience de perdre un proche savent à quel point il faut profiter de la présence de ceux qui nous entourent … ce qui n’empêche pas de l’oublier régulièrement en se focalisant sur le détail qui cloche.

 

Allez ! C’est à vous de jouer maintenant, et de trouver vos solutions !

N’hésitez pas à me contacter : https://www.beaucaron.com

Share Button

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.